Le mot de l'Editeur :

Gibier de potence : États-Unis, 1865. La Guerre de Sécession touche à sa fin. Madame Granger n’a désormais plus qu’un seul but : retrouver son époux, prisonnier des Nordistes. Alors qu’il est détenu au fort Mac Laglen, et résiste aux interrogatoires musclés des tuniques bleues, elle ira jusqu’à voler les dollars destinés à la réparation de l’église de la bourgade de Church Hill ! Un hold-up organisé en famille, dont les bénéfices serviront à lever une armée, et à tirer son homme des pattes de ses ennemis.

Ce que l'on en pense sur Idée cadeau...

Les amateurs de Western, qui se sentent un peu lésés par la très faible quantité de nouveautés dans ce genre depuis quelques années, seront délicieusement servis à la lecture de Gibier de potence qui présente à la foi une saveur classique, nécessaire à l’époque concernée par le récit, mais aussi rehaussée d’une touche de fraîcheur quant aux personnages principaux que l’on suit dans cette série.

Critiques de lecteurs

A la découverte des western en BD j’ai commencé cette série ma fois fort sympathique. En effet l’histoire de Gibier de potence est réussie avec pas mal de zones d’ombres. De plus elle a du rythme ce qui plonge le lecteur et le tient en haleine tout du long. Le dessin et la mise en couleur sont très réussi, j’adhère vraiment à ce style.

Les méchants le sont vraiment et nos héros ne sont pas épargnés. Effectivement il existe bien un faux trésor qui débouche sur une vraie tuerie. Mais on sent que l’amour se doit de triompher. Passionnant…

J’aime beaucoup les westerns et je suis un inconditionnel de Blueberry. Cette BD est une excellente surprise et possède le côté épique indispensable. Le Nord contre le sud, et pour une fois les monstres sont ici au Nord, une famille prête à tout pour récupérer le papa prisonnier, on sent que derrière ce plan difficile et très risqué se trouve quelques chose de plus sonnant et trébuchant !

BD en 4 tomes

Cette bande dessinée parle de : Delcourt Duval Western