Le mot de l'Editeur :

Nous sommes en 1843. La Vengeance du Comte Skarbek raconte, dans un diptyque formidablement mis en scène par Grzegorz Rosinski, les tribulations romanesques d’un peintre, Louis Paulus, de retour d’exil. Sous l’identité du Comte Skarbek, le peintre revient à Paris pour confondre un célèbre marchand de tableaux, Daniel Northbrook. Pour ce faire, il usera des « talents » de son ancienne muse, la belle Magdalène. Flash-back et témoignages ponctuent le procès plein de rebondissements qui s’étalera sur les deux albums. On ne s’attend pas à un tel dénouement, qui mêle fiction et réalité, revisite même l’Histoire et fait tomber les masques de la plus surprenante des façons

Ce que l'on en pense sur Idée cadeau...

Si Alexandre Dumas était vivant, il ferait surement un procès pour plagiat aux auteurs de cette BD.
Mais Monte-Cristo étant certainement un des meilleurs romans jamais écrit, la vision d’Yves Sente a tout pour plaire.
Quant au dessin de Rosinski, il est magnifique. Assez different de son travail sur « Thorgal », on ressent le plaisir et la liberté de l’artiste sur ce dessin.
La vengeance du comte Skarbek est a gouter sans modération.

Critiques de lecteurs

même si « La vengeance du comte Skarbek » ne révolutionne ni le style épique du récit de vengeance romanesque, ni le genre « ambiance procès », la maestria du scénario emporte le lecteur sans lui laisser le temps de souffler. On se passionne très vite pour la vie du jeune peintre et son retour, assoiffé de vengeance.
Les couleurs directes de Rosinski font merveille, avec des décors magnifiquement restitués. Le genre d’album qui fait l’unanimité.

Fin de ce dyptique d’une qualité incontestable que ce soit sur le plan graphique que scénaristique. L’intrigue est extrêmement bien développée avec son lot de rebondissements et de révélations. J’ai vraiment été plongé dans l’intrigue si bien qu’à la fin de l’album j’ai regetté que ce soit déjà fini.

 

BD en 2 tomes

Cette bande dessinée parle de : Aventure Dargaud Historique Rosinski