Le mot de l'Editeur :

Que se passe-t-il lorsqu’un natif de Juvisy, riante bourgade de la banlieue parisienne, part s’installer à la campagne au milieu des veaux, vaches, cochons ? Au minimum, un énorme choc culturel. Pour Le retour à la terre, Il faut apprendre à parler le patois, découvrir les effets de l’alcool local et surtout se désintoxiquer du périf.

Ce que l'on en pense sur Idée cadeau...

Le retour à la terre est Une série qui vaut la peine d’être lue. Si vous avez aimé « Le combat ordinaire », vous ne pourrez qu’aimer « retour à la terre », une BD semi-autobiographique avec des personnages re-interprétés avec humour et tendresse : Manu Larssinet vient s’installer à la campagne avec sa petite amie, Mariette, et son chat dépressif, Speed, afin d’échapper à la ville… Les dessins, terriblement expressifs, servent parfaitement l’histoire et ses protagonistes (mention spéciale pour la mortemont). Larcenet a encore gagné un bon point, bravo à lui

Critiques de lecteurs

Une parfaite synthèse du retour à la terre et de l’humour,ça sent le vécu,c’est drôle,léger .Un moment de pur de bonheur que la lecture de cette BD

Un artiste névrosé part vivre à la campagne et en famille s’il vous plait.
Hé, oui, toute une culture à réapprendre…
Super scénario et très bon traitement de notre camarade dessinateur Larcenet.
Une scénette par page. Vous pouvez commencer par le milieu de la bédé ça marche. On n’est pas perdu. La sauce prend et l’on rit comme une baleine.

Tout comme le Combat Ordinaire, le retour à la terre est un choc la première fois qu’on s’y frotte. L’histoire est pourtant tout ce qu’il y a de plus anecdotique : un jeune couple de citadins déménage pour s’installer à la campagne et va connaître une intégration pour le moins difficile.
Le dessin est très simple et épuré, mais Larcenet parvient à croquer chaque personnage en quelques coups de crayon bien sentis. Rien de bien transcendant au premier coup d’œil, il peut même paraître fade. Pourtant on est vite happé par le dynamisme de chaque scène et l’expressivité des personnages. Le découpage des planches en séries de cases indépendantes les unes des autres est intéressant car il permet à la fois une lecture sélective et force les auteurs à multiplier les scènes efficaces et les gags courts.

 

BD en 5 tomes

Cette bande dessinée parle de : Chronique sociale Dargaud Humour Larcenet